Article

Relations gouvernementales : un INCONTOURNABLE pour toute organisation!

La reprise des travaux le 14 août prochain au Parlement de Québec, avec la tenue de commissions parlementaires, nous rappelle que les relations gouvernementales constituent une fonction essentielle et déterminante pour toutes les organisations. Un changement législatif ou réglementaire, l’octroi d’une subvention, d’un contrat ou d’un permis, une autorisation ministérielle ou municipale sont toutes des occasions pour effectuer des activités de « lobby » planifiées et structurées.

Comme individu ou en tant que dirigeant d’entreprise ou d’association, nous sommes confrontés à respecter des normes et des obligations inscrites dans des règlements, des décrets gouvernementaux et des lois. Fréquemment, nous pouvons espérer ou appréhender des décisions prises par les différents paliers gouvernementaux qui affecteront positivement ou négativement notre organisation. Que nous soyons dans une approche proactive (idéalement) ou réactive, l’établissement d’échanges et l’interrelation avec la fonction publique et des élus constituent une façon de faire à privilégier si nous souhaitons être entendus! Même si nous avons le meilleur dossier qui soit ou la position la plus pertinente sur un sujet, si les décideurs du secteur public n’en sont pas informés, nous aurons raté une belle occasion pour tenter d’influencer les décisions du pouvoir public.

De plus, pour être efficace et efficient dans le domaine des relations gouvernementales, il est non seulement important de disposer d’un bon réseau de contacts, mais surtout de bien comprendre le fonctionnement et le rôle entre les différents pouvoirs qui s’entrecroisent, que ce soit le législatif (les parlements), l’exécutif (l’appareil politique, les ministères et les organismes gouvernementaux et paragouvernementaux) et le judiciaire (les tribunaux administratifs et judiciaires).

Mais avant toute action en relations gouvernementales à entreprendre, une étape incontournable : l’obligation d’inscrire les démarches à venir et les fonctions des personnes que nous entendons contacter au Registre officiel.


Sylvie Marier a œuvré au sein de nombreux cabinets ministériels du gouvernement du Québec puis, occupé notamment la fonction de directrice des Communications pendant 12 ans d’un des plus importants regroupements reconnus pour la puissance de son lobby, l’Union des producteurs agricoles. Elle dirige son agence depuis plus de 5 ans, l’Agence Globale de Communications (AGC) et est donc bien placée pour témoigner de la pertinence de développer et d’entretenir des liens constants et fréquents avec les serviteurs de l’État et les élus.

 

← Retour aux articles